DECOUVRIR > Histoire et patrimoine > H et P : Le Fel




    Le village est établi sur le faîte de cette étroite crête qui relie le « Puech Fumous » à l'Ouest au « Puech de Roussy » à l'Est, situation qui en fait un véritable « village rue » s'étirant sur près de 300 mètres. Son nom reste attaché à l'ancien vignoble fixé, jusqu'à la fin du XIXe siècle, sur la rive droite du Lot essentiellement, dont le peuplement épars mais dense semble encore lui être directement lié.



    Un certain « S. dal Fael », toponyme qui pourrait se rapporter à ce village, apparaît en 1281, dans une reconnaissance de biens faite par  « Johan Calcat » à « Simon de Vielmur », prévôt du monastère de Montsalvy ; la condition sociale de ce personnage demeure incertaine. En 1308, un certain « Uc Fel » est consul de Montsalvy. 

  

    Le point de peuplement « del Fel » est ensuite assurément mentionné dans un acte de 1501, puis dans l'enquête de 1552. Le château « del Felh » pourrait également apparaître dès cette dernière date. Il est, en tous cas, mentionné dans les textes, d'après A. Ginisty, à partir du milieu du XVIIe siècle, occupé alors, jusqu'au XIXe siècle, par une famille homonyme. Jean-Gaspard de Cassagnes-Beaufort est seigneur du Fel à la fin de l'Ancien Régime. Le domaine aurait été vendu comme bien national sous la Révolution. Dans son ouvrage de 1858, H. Affre évoque enfin la présence au Fel des « ruines d'un petit château ». 

  

    Le village abrite encore une tour récemment restaurée par les propriétaires dont la résidence se situe immédiatement à l'Ouest. Cette tour, coiffée d'une toiture conique, possédait encore il y a peu un toit à un seul pan, descendant vers le sud.



    Cette tour pourrait donc être le seul vestige apparent d'un ancien bâtiment à vocation essentiellement défensive. Le doute demeure cependant quant à l'emplacement précis de cette construction et éventuellement à la composition de cette construction. Autrement dit, deux hypothèses émergent :  

- la tour fait partie intégrante du bâtiment fort, 

- ou bien la tour restante reliée aux deux autres hypothétiques tours occidentales représente une première ceinture défensive protégeant un noyau central résidentiel.



 
Service proposé par Smica - Powered by MagicSite